Changelin, le Songe

“Venez vous joindre à notre célébration et dansons ensemble pour qu'à jamais perdure le Songe.”

Le Gamin

Aujourd'hui est mon jour du Sain.
Nous tous, les enfants, sommes allés au parc, histoire de faire quelques farces à ce peuple si triste. Ensuite, nous avons sauté sur les balançoires, jusqu'à ce que Phoebe vomisse, tout le monde était tellement fier d'elle qu'elle nous a salué bien bas.
Puis, nous avons joué à chat perché jusqu'à ce que Phoebe se fasse attraper et comme la nuit tombait, il nous a fallu rentrer à la Cour. Parfois, si vous ne revenez pas à temps, ils ferment les portes et les enceintes, et vous vous retrouvez Dehors jusqu'au matin.
Rester coincé Dehors est très effrayant parce que la nuit, il y a plein de monstres et, en plus, il fait froid. Vous en pleureriez si vous étiez un bébé. Nous sommes donc rentrés et nous sommes assis à notre place pour attendre le Baron.
La Cour est quelque chose de très important, car tout y est tellement sérieux, mais j'aime beaucoup y être. On nous donne de la liqueur de grenade avec du sucre, puis on nous raconte des histoires. Ça c'est ce que je préfère parce qu'elles sont toutes vraies.
Aujourd'hui, c'est le jour de mon Sain, j'ai oublié quel âge j'ai fait, mais je me suis encore débrouillé pour être le plus jeune de tous. Mais c'est une grande responsabilité d'être le plus jeune, les gens pensent que c'est facile, mais ça demande beaucoup de travail parce que vous êtes obligés de jouer tout le temps. Parfois, je préfèrerais être grand, ça demande beaucoup moins de travail.

Le Vaurien

Certains jours d'été, les choses paraissent à ce point magnifiques, que vous avez l'impression que vous allez pleurer.
La luminosité du matin frais donne l'aspect du velours à tout ce qu'elle enveloppe. Si vous n'êtes pas jeune et vivant, vous ne pouvez pas voir idée de ce que je raconte et, j'en suis fort triste pour vous.
Aujourd'hui est un jour férié, j'ai réussi à ma glisser dehors et à retrouver Duck. Nous nous sommes promenés, tout en essayant d'être très discrets car nos deux gangs sont actuellement en guerre pour une question de territoire. Si ça venait à se savoir, nous serions probablement obligés de mettre un terme à la lutte, ce que personne ne désire. Je l'aime tant ! Ce que nous éprouvons l'un pour l'autre est pur et sincère, c'est un sentiment inaltérable.
Nous nous sommes rencontrés au carrousel et nous avons discuté pendant une éternité, tournant encore et toujours au rythme de la musique. Comme d'habitude, Duck prit l'Autruche et moi le Morse, c'est un des signes qui nous fait comprendre que nous étions fait l'un pour l'autre.
Comme toujours, nous avons discuté des choses réellement importantes, de la Vie et des Rêves, de l'Art et de la Réalité, et comme il est effrayant de perdre prise sur cette vie pleine de Glamour. Je déteste cette lente décadence qui nous guette, la perspective de devenir un Grincheux ou quelqu'un de simplement normal, heureusement Duck est là. Il m'a répondu qu'il ne permettrait pas cela et qu'il combattrait le Roi de l'Ombre à mains nues s'il le fallait. Oh bien sûr, il exagère, mais il me rassure, nous savons tous deux ce qu'il en est.
Plus tard, nous avons rejoint les autres sur la Promenade et tout le monde a bu juste ce qu'il fallait, rit juste aussi fort qu'il le fallait et s'est aimé encore, encore et encore.
Partout, les Nôtres s'agitent, scintillent et tissent des existences grandioses, car nous sommes jeunes, talentueux et regardons l'avenir avec un regard sans œillères. Nous vivons déjà dans le futur et celui-ci sera parfait, car c'est ainsi que nous le concevrons.
Ce que j'aime le plus, en été, ce sont les jours qui semblent durer une éternité. Et même lorsque le jour s'éteint, la nuit prend le relais et dure au moins aussi longtemps, ce qui est d'ailleurs amplement suffisant. Cela doit ressembler à la mort ou au bonheur, une lueur qui persiste, comme un flash imprimé sur la rétine. Voilà ce qui est important.

Le Grincheux

En ces jours, le monde est gris et pesant. Tout au long de cette longue saison, j'ai amassé bien trop de choses et bien trop de noms pour celles-ci, ils me collent à la peau tels de fins habits qui ne reviendront jamais à la mode. Tout m'accable, je comprends aujourd'hui ce que ressentent les mortels lorsqu'ils sont paralysés par la gravité des âmes qui les animent.
Paradoxalement, c'est ce qui me manque qui me pèse le plus. Phoebe s'est faite psychanalysée et ne parlera plus jamais à quiconque. Martha s'est réveillée un jour et n'a pu s'arrêter de pleurer depuis. Elle a préféré se faire sauter la tête afin d'avoir une autre chance. Ainsi va notre peuple, on ne peut cultiver une si longue mémoire, mieux vaut la laisser filer.
J'aimerais pouvoir dire ce qu'il est advenu de Duck, la dernière fois que nous avons discuté remonte à quelques années, et nous nous sommes battus. Nous nous étions perdus de vue depuis longtemps déjà… personne ne pourra jamais le remplacer à mes yeux. Nos gangs ont tous disparus depuis : abandonnés, épuisés, fâchés ou vendus.
Quelquefois, lorsque personne ne regarde et que je n'ai pas à surveiller les petits, je continue de danser. Mes pas ne sont certes plus aussi gracieux et élégants qu'autrefois, nul roi ne manifestera plus son contentement en m'offrant des trésors, mais je ferme les yeux, je lève les mains… et j'entends de nouveau la musique.
Pendant un court instant, je suis de nouveau belle, et les étoiles se mettent alors à briller de mille feux derrière les carreaux des grandes fenêtres. Tout ceux d'entre nous qui naguère ont joué, chanté, plaisanté ou ri peuvent danser ensemble dans la salle de banquet de cette épiphanie.
Est-ce déjà l'hiver ? Viens remplir mon verre. Je chevaucherai le Morse et cueillerai les fleurs invisibles. J'ai toujours su comment faire.


Changelin le songe

  • Description : Changelin propose d'incarner un changelin, c'est-à-dire une fée immortelle qui se réincarne dans un corps humain. Arriver à survivre dans un monde imprégné de banalité et à retrouver de la féerie (glamour en v.o.) est le défi que devront relever les personnages.

    Ceux-ci ont une double vie : humaine et féerique. Dans la vie humaine, ils ont des compétences contemporaines, et lorsqu'ils sont confrontés à un contexte féerique, ils peuvent utiliser de la magie et des pouvoirs propres à leur race. La gestion des niveaux de banalité, féerie (glamour) et volonté, les compteurs habituels qu'on retrouve dans tous les jeux de la gamme, oblige les personnages à équilibrer leur vie féerique et leur vie banale.

    La société des changelins est fondée sur un système féodal. Pendant le Moyen-Age, un événement, appelé éclatement, a causé la rupture avec le monde des fées, Arcadia. Les fées nobles (ou Sidhes) se sont enfuies, les roturiers (commoners) ont choisi la voie du changelin, s'incarner dans un corps humain. En 1969, l'humanité retrouve le goût de la féerie avec le premier pas sur la Lune. Les fées se réveillent et les Sidhes reviennent conquérir le monde. S'ensuit une guerre meurtrière qui voit la victoire des Sidhes et l'arrivée au pouvoir du Haut Roi David, lequel établira une paix provisoire sur le royaume de Concordia (correspondant à l'Amérique du Nord) jusqu'à sa mystérieuse disparition.

    Le système de jeu est le système “Storyteller”, à base de D10, habituel du Monde des Ténèbres. Les caractéristiques et les compétences des personnages sont cotées de 1 à 5. Pour tester une compétence, on lance un nombre de dés à dix faces équivalent au score de la caractéristique plus une compétence associée. On compte le nombre de dés qui dépassent le seuil de difficulté, et on obtient le nombre de succès. Simple et efficace.

    (source : le Guide du Roliste Galactique)
  • Matériel requis : fiches, dés, crayons, etc.
  • MJ : Jérémie

Navigation